"DES AILES POUR GRANDIR"

L'envol du nouveau projet du Musée des Enfants grâce au soutien de MCA Recycling

La 17ème exposition du Musée des Enfants s'ouvrira le 6 octobre prochain.
L'objectif? Accompagner les enfants, lors d'un parcours en six étapes, à mieux se connaître et mieux connaître le monde qui les entoure. Un projet entièrement imaginé et conçu par l'équipe du musée avec l'aide précieuse de l'entreprise MCA Recycling.
Rencontre avec Fabienne Doigny, Directrice du Musée des Enfants et spotlight sur la politique de mécénat de l'enteprise MCA Recycling.

Pourriez-vous nous présenter, en quelques mots, le Musée des Enfants et le projet « Des ailes pour grandir » ?

Le Musée des Enfants est une asbl belge d’utilité publique. Elle s’est donnée pour mission depuis 1976, l’éducation et l’éveil des enfants de 5 à 12 ans. Grâce à des expositions ludiques et participatives et au précieux travail de  communication des animateurs, l’enfant apprend en s’amusant. Il joue, apprend, imagine, crée en utilisant ses cinq sens.

« Des ailes pour grandir » est la 17 ème exposition conçue et construite par l’équipe du Musée. Nous proposons aux enfants de voler de salle en salle découvrir leurs ailes pour grandir, pour sortir du nid. L’enfant y découvrira ses talents, son esprit créatif, sa capacité relationnelle, il fera l’apprentissage des autres cultures et explorera le petit monde où il se sent bien pour rêver.

Cette exposition durera 4 ans et elle est construite dans la philosophie du Musée : écologie, recyclage, transformation des matériaux, résistance dans le temps et pas d’écran, uniquement des manipulations mécaniques.

 

Depuis l’ouverture, en 1976, du Musée, avez-vous observé une évolution de votre construction budgétaire ? Si oui, laquelle ?

Oui bien sûr, le Musée a démarré avec quelques bénévoles, beaucoup de bonne volonté et très peu de moyen. Au fil du succès et grâce à son originalité en Belgique et en Europe, le Musée s’est entouré d’une multi tâches. Les donateurs ont encouragé la structure actuelle à se former. La région de Bruxelles Capitale a aidé à l’embauche de personnel grâce aux postes ACS d’ACTIRIS

 Les sponsors commerciaux ont soutenu les projets non seulement en finançant la construction des expositions mais aussi en donnant des matériaux de tous genres.

 

Afin de mener à bien le projet « Des ailes pour grandir » vous avez décidé de diversifier les sources de financement. Quelles sources avez-vous choisi d’exploiter ? Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Depuis le choix politique de diviser la culture entre les communautés, le Musée des Enfants souffre. En effet, nous souhaitons rester un « meeting ground » actif dans les deux langues (voir trois ou quatre) du pays. Nous animons dans toutes les langues possibles grâce à des animateurs chevronnés. Ils ne nous étaient plus possible de compter uniquement sur un soutien des autorités publiques pour mener à bien notre mission. Nous avons donc multiplié les supports : sponsoring des chapitres, sponsoring des ateliers, appel aux Fundations pour les aspects pédagogiques et sociaux, appel à nos fidèles donateurs, déductibilité fiscale, recherche de dons en matériaux, demande de récupération d’objets aux particuliers, bénévolat privé, travail avec la Mission Locale d’Ixelles, et cette année pour la première fois appel au public du Musée par le Crowdfunding.

 

Comment en êtes-vous arrivé à proposer une collaboration à MCA Recycling ?

Le Musée des Enfants recherche toute sorte d’objet pour la construction de ses expositions : de la barque en passant par un siège de coiffeur ou un ventilateur. Il est impossible d’acheter tout cela neuf. Nous cherchons alors des « systèmes D ». En discutant de notre nouveau projet avec Prométhéa, nous avons été mis en contact avec MCA Recycling. Formidable ! nous avions la même idéologie :  donner une deuxième vie aux choses


En quoi consiste la collaboration, concrètement ? Quelle différence constatez-vous entre le soutien de personnes privées et celui d’entreprises ?

Le Musée a donc parcouru la caverne d’Ali Baba située dans leur entrepôt et dégoté bon nombre d’articles hétéroclites recherchés pour l’exposition : tapis et chaises, vaisselle et casserole pour le restaurant, plantes en plastique pour la déco…mais aussi des caisses d’enveloppes neuves qui partaient au recyclage.

Ce n’est pas tout, MCA Recycling, à l’écoute, a compris notre souci d’évacuer nos déchets correctement et a mis à notre disposition un container lors du démontage de l’ancienne expo.

Et enfin, le dialogue s’est noué pour travailler ensemble, avec les enfants, dans différents ateliers où recycler est juste une évidence : construction 3 D avec les bouteilles plastiques par exemple.

Les personnes privées donnent de leurs temps et de leur compétence. Elles sont convaincues par leur idéologie du bénévolat et apportent à l’asbl un souffle d’encouragement. Les bénévoles ou donateurs c’est comme le Père Noël toute l’année et on les remercie du fond du cœur.

Une entreprise convaincue par le projet du Musée met toute son équipe au service de l’asbl. Et c’est aussi l’équipe qui porte l’image de l’entreprise. Un container qui arrive nous soulager de tonnes de déchets ou une entreprise qui met ses experts à disposition pour la structure du bâtiment, c’est une aide professionnelle, rassurante. C’est aussi une confiance mutuelle qui s’établit.

 

Quel sont, pour un porteur de projet, les challenges liés au mécénat ?

Convaincre ! On a beau être enthousiaste, il faut convaincre. Pour cela, il faut s’appuyer sur des professionnels. Etre aidé par Prométhéa, c’est déjà ouvrir une porte vers la confiance des entreprises.

Mais ce n’est pas tout. Il faut un solide dossier financier, un projet abouti et une belle communication. En effet, sans communiquer valablement autour de soi, tout projet reste au point mort.

Le Musée l’a compris et s’est entouré de professionnels. Anne Gérard relooke le site, les réseaux sociaux et l’image du musée. Notre travail est toujours le même mais ont le communique autrement.

Certaines activités sociales du Musée ne sont connues ni du grand public ni des mécènes. Un nouveau projet, c’est aussi l’occasion de mettre en évidence toutes les facettes de l’activité principale.

Grâce à une bonne communication, un bon dossier et une mise en relations, des entreprises mécènes comme CERA ont fait le pas vers le Musée des Enfants. Le Musée des Enfants communiquera alors en retour

Le porteur de projet doit aussi comprendre et adhérer à la philosophie de l’entreprise mécène à qui il s’adresse. Il est important de travailler sa communication en fonction de la société à laquelle on s’adresse afin de toucher la corde qui fait vibrer l’interlocuteur.

Et ensuite la patience ! les décisions des mécènes sont réfléchies. Il faut démarrer ses démarches très tôt et avec beaucoup de patience et de persévérance, lancer et relancer les contacts sans les harceler.

La recherche de fonds devient un métier à part entière et éloigne le porteur de projet de sa mission première. Un difficile équilibre !


 

FOCUS SUR MCA RECYCLING ET SA POLITIQUE DE MÉCÉNAT

 

MCA Recycling est une PME familiale bruxelloise active dans la gestion des déchets de bureau depuis plus de 20 ans. Les préoccupations environnementales, sociales et éthiques sont au cœur de nos activités.

Notre objectif premier est d’aider nos clients dans la gestion écologique et durable de leurs déchets. Nous mettons à leur disposition, entre autres, un système de tri sélectif éco-responsable et adapté à leurs besoins tout en leur offrant un service de consultance spécialisé. Cet engagement environnemental est matérialisé depuis 2014 par notre certification ISO 14001.

 

A côté de cet aspect de protection de l’environnement, MCA Recycling n’oublie pas le rôle sociétal que devrait tenir chaque entreprise au sein de la communauté. Cela se traduit tant au niveau de sa politique d’engagement de son personnel, que dans le soutien ou la participation à plusieurs projets sociaux et culturels de proximité.

Notre soutien financier, matériel ou de compétence est accordé à des projets sociaux et culturels qui répondent à certains critères : la nature du projet, le sérieux des porteurs du projet, le public cible, les besoins communiqués, la localisation du projet et si possible l’aspect d’économie circulaire au sens large.

Notre soutien est avant tout un coup de pouce qui doit permettre au projet soit d’être mis sur la bonne voie soit de pouvoir boucler les dernières étapes. Notre objectif n’est pas de supplanter/concurrencer le rôle primordial des Autorités publiques en la matière.

Lorsque les projets le permettent, nos collaborateurs et leur famille sont bien entendu invités à participer à l’évènement en question lorsque celui-ci est finalisé.

 

Le projet « Des ailes pour grandir » porté par le Musée des Enfants remplissait largement l’ensemble des critères énoncés et notre aide s’est traduite par l’apport en matériel divers et variés avec lesquels les enfants pourront jouer dans le musée.